Instants d'années (1)

jeudi 28 juin 2012

Le Haut-Douro produit du vin depuis quelque deux mille ans et sa principale production, le vin de Porto, est célèbre dans le monde entier depuis le XVIIIe siècle. Ce vin a ses origines depuis la seconde moitiée du XVIIème siècle, une époque où le vin de Porto commence à être produit et exporté en grande quantitée, principalement pour l'Angleterre.





Cette longue tradition a façonné un paysage culturel d'une beauté exceptionnelle qui reflète en même temps son évolution technique, sociale et économique. Ce paysage culturel impressionnant est toujours exploité avec profit par des propriétaires respectueux des traditions.

Les composants du paysage du Haut-Douro illustrent toute la palette des activités associées à la viticulture: terrasses, quintas (complexes agricoles d’élevage viticole), villages, chapelles et routes. Cette zone du Haut-Douro s'étale sur 26 000ha.

Boire avec modération

La région viticole du Haut-Douro est inscrite au patrimoine de l'humanitée depuis 2001.

PS: Voilà, c'est avec ce billet que je fini avec le Portugal. Sur les 13 sites d'intérêts majeurs il m'en reste 3 à découvrir: le centre d'Angra do Heroismo aux Açores, les sites d’art rupestre préhistorique de la vallée de Côa et de Siega Verde et pour finir le paysage viticole de l’île du Pico aux Açores. To be continued...

mercredi 27 juin 2012

Pour la 3ème (et dernière semaine) je reviens sur le Portugal et l'UNESCO...

La ville historique de Guimarães est associée à la formation de l’identité nationale portugaise et de la langue portugaise au XIIe siècle.

Elle est la ville des premiers souverains portugais. En effet, c'est en 1139 que le comte D. Afonso Henriques déclara l'indépendance du Portugal à l'égard de la région Espagnole du Léon. Il devint de ce fait le premier roi du nouveau royaume sous le nom d'Alphonse Ier. La ville compte plusieurs sites médiévaux dans son centre ville, dont plusieurs remontant au douzième siècle... ne serait-ce que son chateau ou a été conçut D. Afonso Henriques par son papa et sa môman!

Guimarães sera à l'honneur en 2012 comme capitale européenne (la 3ème ville Portugaise après Lisbonne en 1994 et Porto en 2001).

La dernière thématique sur les façades est de retour?

Le centre ville historique de Guimarães est inscrit au patrimoine de l'humanitée depuis 2001.

vendredi 22 juin 2012

Deux mille ans d'histoire ont façonnés les rives du Douro vers son embouchure.

Les romains ont donnés le nom de Portus (le port) à cet endroit. Il en découlera plus tard le nom du pays en ajoutant l'autre rive, Gaia: Portugaia (devenant Portugal).

Le centre historique regroupe des monuments racontant ces deux millénaires: la cathédrale au chœur roman (donc antérieur à la naissance du Portugal comme pays aux frontières naissantes bien définies), la bourse néoclassique, l’église Santa Clara de style manuélin typique du Portugal. La ville a participé au grandes découvertes du XVème siècle avec le départ en 1415 des navires allant envahir Ceuta.

Y'a quelqu'un dans le bateau?

Le centre historique de Porto est inscrit au patrimoine de l'humanitée depuis 1996.

jeudi 21 juin 2012

C'est au XVIème siècle que Sintra prends de l'importance en devenant le lieu privilégié de la royautée venant se rafraichir durant la période estivale grâce à une végétation originale luxuriante (essences locales et exotiques). Du coup, la ville s'enrichie de nombreuses villas érigées par l'aristocratie lisboète (et sans parler des parcs de ces villas).

Les alentours de Sintra témoignent d'un peuplement humain très tôt dans l'histoire de l'homme.

Outre les palais et autres villas noyés dans le paysage immédiat du palais national, on a le chateau des Maures (point de vue de la ville en contre-bas de ma photo) et surtout le Palacio da Péna.

Devinez ce qui se voit très bien!

Le paysage culturel de Sintra est inscrit à l'UNESCO en 1995.

mercredi 20 juin 2012

Je continue pour cette seconde semaine ma thématique des sites Portugais inscrits à l'UNESCO...

Le monastère de Santa Maria d'Alcobaça, au nord de Lisbonne, Portugal, est fondé au XIIe siècle par le premier roi Portugais, le roi Alphonse Ier.
Par l'ampleur de ses dimensions, la clarté du parti architectural, la beauté du matériau et le soin apporté à l'exécution, il est considéré comme un chef-d'œuvre de l'art gothique cistercien.

Le monastère d'Alcobaça est aussi considéré comme l'un des premiers témoignages de l'ordre Cistercien au Portugal. La première pierre de l'édifice est posée en 1153 comme cadeau à Bernard de Claivaux par Alphonse Henriques, et cela pour commémorer sa victoire sur les Maures, à Santarem en mars 1147.

La construction du monastère commença en 1178, 25 ans après l'arrivée des premiers moines cisterciens dans la région de Alcobaça. Si au départ ces moines habitèrent dans des maisons de bois, ils ne déménagèrent dans le nouveau monastère qu'en 1223. La fin de construction eu lieu en 1252.

Le monastère comprend: l'église en elle même, un déambulatoire, une sacristie, des tombeaux royaux dont les plus célèbres du lieu, 3 cloitres, une salle du chapitre, une cuisine avec une cheminée monumentale, un réfectoire etc etc...

Vue sur la façade baroque de l'église. rien à dire de plus que c'est magnifique!

Le Monastère d'Alcobaça est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO depuis 1989.

samedi 16 juin 2012

Le centre ville historique d'Évora a été classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1986.

En raison de sa richesse historique, Évora est appelé ville-musée. Elle a conservé d'un riche passé de nombreux palais médiévaux et Renaissance qui en font un musée de l'architecture portugaise.

Le temple de Diane.

Le temple romain d'Évora est un temple romain datant du IIe siècle. C'est l'un des monuments les plus connus de cette ville et l'un des symboles de la présence romaine au Portugal. Par la suite la ville fut résidence royale pendant une longue période (principalement du XIV jusqu'au XVIème siècles).

Autre édifice important se trouvant dans la ville intra-murso, la cathédrale basilique Notre-Dame-de-l’Assomption d’Évora. c'est une église catholique romaine de granit qui fut commencée en 1186, consacrée en 1204 et achevée en 1250. Il s'agit de la plus grande cathédrale du Portugal.

Toujours dans les pièces majeures de la ville, l'église de São Francisco et sa chapelle des os inoubliable, le palais de Manuel 1er et pour terminer, le couvent dos Lóios.

vendredi 15 juin 2012

À l'entrée du port de Lisbonne, le monastère des hiéronymites, dont la construction commença en 1502, témoigne de l'art portugais à son apogée. Toute proche, l'élégante tour de Belem, construite pour commémorer l'expédition de Vasco de Gama, rappelle les grandes découvertes maritimes qui ont jeté les fondements du monde moderne.

Le monastère des Jéronimos.
Le roi Manuel Ier entreprit en 1502, un peu après le retour de Vasco de Gama de son premier voyage en Inde, de bâtir un magnifique monastère destiné aux religieux de l'ordre des hiéronymites. Et de ce fait, le monastère constitue l'œuvre architecturale la plus aboutie du style manuélin. Si l'on adopta dès 1502 le style gothique, à partir de 1517, les architectes modifièrent ce style et y ajoutèrent l'appareil ornemental caractéristique du style manuélin.
Le cloitre est a mes yeux LE plus beau de tous ceux qu'il m'est été donné de voir.
L'église est une nécropole royale et de nos jours, quelques personnalitées Portugaises célèbres y sont aussi (telles que Vasco de Gama ou Camoens). La nuit....
La Tour de Belém a été construite sur les bords du Tage entre 1515 et 1521 par le roi Manuel Ier de Portugal pour garder l'entrée du port de Lisbonne et défendre le monastère des Jéronimos se trouvant non loin.
La tour est considérée comme étant l'une des œuvres majeures du style manuélin, notamment grâce à ses nombreux motifs typiquement manuélins comme la sphère armillaire (symbole de Manuel Ier), la croix de l'Ordre du Christ (auquel Manuel Ier appartenait) ou les croisées d'ogives élaborées.
Le tremblement de Terre de 1755 aura eu une influence majeure sur la tour qui se trouvait alors sur le Tage. Après ce tremblement de terre, un banc de sable est venu combler ce bras de mer, rendant possible l'accès simplement par voie pédestre.
... tous les chats sont gris!
Le Monastère des Hiéronymites et la tour de Belém à Lisbonne sont inscrits à l'UNESCO depuis 1983.

jeudi 14 juin 2012

Pour commencer, une vue du ciel du monastère en question (et dont vous êtes familiers, depuis le temps que j'en parle ici).

Le 15 aout 1385, les Portugais gagnent la bataille contre les Castillans à la bataille d'Aljubarrota. Le Roi de l'époque João 1er (11 avril 1358 - 14 aout 1433) avait fait voeu auparavant à la Vierge de construire un monument à sa gloire si jamais il gagnait contre les (maudits) Espagnols. Le monastère de Batalha est le résultat de ce voeu et architecturalement parlant, une pièce majeure de l'art gothique. La majoritée du complexe date du règne du roi João 1er lorsque l'église est finie en 1416, mais aussi le cloitre royal, la salle du chapitre et la chapelle du fondateur (cette salle est à la droite de l'entrée, visible sur ma photo sous le second niveau de forme octogonale).
La construction du bâtiment se prolongera quand même encore dans le temps, en tout sur 200 ans (fondé en 1386 jusqu'à 1517).

Ce qu'il y a à retenir de votre visite c'est le cloitre royal (construction de 1448 à 1477) avec ses rajouts à la période manuéline, et sa porte manuéline. Bien entendu le monastère dans son ensemble vaut plus qu'une visite.

Bâtiment impressionnant.

Le monastère de Batalha est inscrit à l'UNESCO depuis 1983.

mercredi 13 juin 2012

Le couvent de l'ordre du Christ, situé dans la ville portugaise de Tomar, était à l'origine une forteresse templière bâtie au XIIe siècle. Lorsque l'ordre du Temple a été dissous au XIVe siècle, la branche portugaise de l'ordre a été transformée en chevaliers de l'ordre du Christ, branche qui soutiendra plus tard les découvertes maritimes du Portugal du XVe siècle.

Le château des chevaliers du Temple de Tomar a été construit par Gualdim Pais, maître provincial de l'ordre du Temple, vers 1160. Quant à l'église ronde (rotunda) du château, elle a été construite durant la deuxième moitié du XIIe siècle. L'église, comme quelques autres églises du Temple en Europe, aurait été bâtie sur le modèle de la mosquée d'Omar à Jérusalem, que les croisés ont cru, à tort, être un vestige du Temple de Salomon. La Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem pourrait également avoir servi de modèle.
Communiquant avec cette "rotunda" une église première église à nef unique fut construite (première moitié du XVe siècle). À partir de 1510, le roi Manuel Ier fit reconstruire la nef suivant le style en vogue à l'époque, un mélange de gothique flamboyant et de renaissance que les historiens de l'art appelleront par la suite le style manuélin.

Une fenêtre énorme visible depuis le cloître de Saint Barbara, se situe sur le façade ouest de la nef. Elle comprend la plupart des motifs typiques du style manuélin : les symboles de l'ordre du Christ et de Manuel Ier, les cordes, des coraux et des motifs végétaux. Une figure humaine au milieu de la fenêtre représente probablement le concepteur, Diogo de Arruda. Cette fenêtre du couvent constitue un des chefs d'œuvre de la décoration de style manuélin et le symbole principal du couvent du christ de Tomar.

Pour compléter ce billet, je rajouterais que le couvent du Christ possède 8 cloitres. J'ai mis en billet l'un d'eux, le Grand cloitre.

Qui peut bien être ce couple?

La photo accompagnant ce billet n'est pas de moi et pour être franc, je ne sais pas de qui elle est. Il se trouve qu'en visitant la "rotunda", un rouleau de pellicule se trouvait sur l'un des bancs en pierre que l'on trouve dans l'édifice. Un rouleau bien solitaire n'appartenant visiblement à personne. Alors n'écoutant que mon courage, je l'ai récupéré sans trop savoir de son contenu... et fait développé une fois en France. J'ai "gardé" seulement les photos concernant Tomar.
Qui est ce couple féminin qu'un homme (invisible) prends en photo? Mystère et boule de gomme.

Le couvent de l'orde du christ est inscrit à l'UNESCO depuis 1983.

mercredi 6 juin 2012

Santiago de Cacem, localitée dans l'Alentejo, cette région compris entre Lisbonne et l'Algarve. Heu oui: nous sommes au Portugal.

Alors je commence mes façades avec cette maison toute en paille réhaussé de planches peintent en blanc. Les maisons particulières autour étaient "normales" et il y avait au moins celle-ci toute simple. Au première abord on pourrait se demander si c'est une grange plus qu'une maison à proprement parlé, mais je constate une antenne télé...

Ca a l'air cosy...

Cela ne parle qu'à moi (et forcement à Isaura) mais cette porte bleue me rappelle un autre village Portugais...

vendredi 1 juin 2012

Difficile de penser du bien de ces (immondes) graffitis lorsque derrière un petit panneau où l'on nous demande de respecter le patrimoine en ne pas écrivant sur les murs. Faut croire que s'il n'y avait rien pour nous interdire, on n'y penserais même pas.

Où est le respect?

Vu à Obidos.