Instants d'années (1)

jeudi 21 avril 2011

Une entrée du vieux village de Castelo de Vide comme ça, c'est simple, ça a pas dû bouger depuis des centaines d'années. A la rigueur presque, il faudrait de bons yeux pour deviner les ruelles en terre battues de celles en pavés grossiers. Savoir où commence le bas du mur? Ca parait un peu fouilli avec ces pierres empillées recouvertes de mousses et autres fougères. C'est si authentique que c'en est comme de voyager au milieu des années 1600... J'adore.

Si ça, c'est pas beau, je me fais cureton!

samedi 16 avril 2011

Au fond du trou n'est pas mon état d'esprit ou la situation dans laquelle je me trouve dans la vie. C'est juste (et facilement conpréhensible) l'endroit où je me trouve pour prendre cette photo.

Nous sommes à Sintra, dans la Quinta da Regaleira, un domaine extravagant commandé par un homme qui avait (sûrement et forcement) des idées extravagantes. Lors de ma première visite de Sintra, il n'était pas possible au commun des mortels (et j'en suis un, de mortel) de visiter sa demeure, ou alors de réserver longtemps à l'avance à la FNAC du coin. Bref... en 2005 les portes étaient dorénavant bien ouvertes pour que le touriste moyen que je suis, puisse visiter la demeure et son parc.

Et justement, dans le parc et parmis tous les monuments que l'on peut y voir se trouve deux puits. La puit initiatique est le plus beau, puisqu'abouti et plus "carré". Ce second autre puit de ma photo aux murs plus rocailleux est moins "finis", plus "brut de décoffrage". Difficilement visible, un escalier permet d'en descendre vers le fond, escalier tournant dans l'épaisseur du mur. Quand on est avec des enfants, c'est plus marrant...

Il ne reste plus qu'à remonter la pente...

mardi 12 avril 2011

Au mois d'avril dernier je suis aller à Pâques au Portugal. Comme partout où j'essaye d'aller, j'essaye aussi d'avoir LA photo (qui tue). Je suis rentré bredouille, le sentiment du devoir pas fait et de me dire que ce sera pour la prochaine fois.

A tête reposée j'ai visonné mes clichés de chaque jour et en laissant le diaporama suivre son cours, j'ai quand même trouvé 1 ou 2 clichés sortant du lot... dont la photo de ce billet.

De lumineux rayons de soleil.

Peut-on dire que, puisque c'est la vraie première photo que je mets en ligne de mon cours séjour, qu'elle pourrait être LA perle que j'attendais? Quoi qu'il en est, j'ai bien fait de ne pas l'effacer sur le coup et d'attendre de la voir en grand car, sur place, à ma première impression, j'avais des envies d'effacement.

vendredi 1 avril 2011

C'est la blague du jour, du moins la "connerie" à faire ou basiquement, le mot que tout le monde va dire aujourd'hui, j'entends par là le mot poisson. Et oui, un premier avril ça va être blague foireuse l'une sur l'autre, les conneries idiotes pour pièger l'autre et de conclure par un poisson d'avril, comme pour s'excuser d'être descendu si bas! L'être humain dans sa partie déconnante!

Alors j'imagine qu'un peu partout sur la blogosphère (pour ne rester que sur internet) on va poissoner à tout va et comme vous voyez, je ne déroge pas à l'affaire. L'aiguille dans la boite de foin de toutes mes photos pour vous trouver une photo de poisson, et ben ça n'a pas été mince affaire. Et j'ai trouvé mes poissons! Sauf que ceux-ci n'existent plus depuis des lustres.

Je vous aurais bien déjeunés tout seul!

C'était à Péniche alors que dans l'heure suivante je partais en bateau jusqu'à l'île de Berlenga...