Instants d'années (1)

jeudi 28 février 2008

Les conséquences d'un tremblement de terre...1755, un tremblement de terre ravage l'ouest de la péninsule Ibérique. L'épicentre se trouve dans l'algarve mais c'est la région de Lisbonne qui est le plus durement touché. C'était un 1er novembre, jour de la Toussaint et pas mal de monde était dans les églises de la capitale.

L'église do Carmo se trouve en plein centre-ville de Lisbonne. Elle fut gravement touchée et, de nos jours, elle est telle qu'elle était en ce jour funeste. Une carcasse fantomatique à ciel ouvert. Les piliers sont bien là, s'élançant vers les hauteurs et ne suportant que de frêles voutes dont on se demande comment qu'elles peuvent tenir?

Entre ses murs, le silence.

L'ancien choeur de l'église gothique bâtie à la fin du XIV sert maintenant de cadre aux collections du musée d'Archéologie

vendredi 22 février 2008

Juste une photo (ratée) de moi qui me prend en photo dans l'un de ces tramways Lisboètes en direction de Bélem, en fin de journée, retrouver mon hotel.

Alors on va dire que les soubresauts du tramway ont fait que le flou n'est pas de moi. On me croit? Aller, une petite dernière pour les rails du tramway.

jeudi 21 février 2008

La lumière au bout du tunel ruelien...

Sintra où il fait bon flâner.

Depuis une des rues principales de la ville, à un moment, on a cette vue au loin de l'hotel de ville de style néo-manuélin. Hotel de ville caractéristiquement reconnaissable avec sa tour. Au bout de cette sombre ruelle on a donc une vue sur la ville en contre-bas mais surtout sur la palais national se trouvant à gauche. Cette vue.

mercredi 13 février 2008

Le fort São Jão est une propriétée privée. Il date du XVII.

Ce fort ci gardait l'embouchure du fleuve Arade dans sa partie sud puisque le coté nord était gardé par le Fort de Santa Catarina à Praia da Rocha. L'un et l'autre défendait les attaques des Maures et des Espagnoles contre les villes de Portimão et de Silves.

Un fort sur la plage? Alors là c'est trop fort!

Depuis Ferragudo, en longeant vers l'ouest les rives de l'estuaire on aboutit à cette plage de sable fin portant le nom de Praia Grande.

C'est incroyable comme les gens adorent s'aglutiner entre eux. Si je dis ça c'est qu'à Portimão, à 3km à vol d'oiseau, c'est des sardines à rotir sur la plage que l'on rencontre et ici, à Ferragudo, la place n'est pas de luxe. Et dans un sens c'est pas plus mal.

samedi 9 février 2008

Opus 2 car j'en avais déjà parlé ici de ces bateaux servant dans le temps à remonter le Douro, chargés de tonneaux de vin de Porto jusqu'aux quais de Vila Nova de Gaia.

Alors pour faire plus humain, une autre photo de ces bateaux avec deux hominidés à leur bords.

Des bateaux qui restent toute l'année exposés sur l'eau, j'crois pas qu'ils aient du vin dans leurs tonneaux!!!