Instants d'années (1)

samedi 23 juin 2007

A 58km de la frontière commune avec l'Espagne se trouve une ville de 27000 habitants, Castelo Branco.

Le ch'ti manu qui montre son signe astro... La vieille ville se visite, un musée dans l'ancien palais des évêques de Viseu se visite ainsi que la pièce maitresse à surtout ne pas manquer, les jardins de l'ancien palais épiscopal (se trouvant derrière le musée).

Ils sont l'oeuvre de João Mendoça, évêque de Guarda et à Vicente Ferrer da Rocha, évêque de Castelo Branco, qui les firent dessiner au XVIII. Tel un labirynthe, on est entouré de buis très délicatement taillés, au milieu d'une riche statuaire, véritable allégorie (les continents, les mois et les vertus), les Apôtres, les Saints ou les Pères de l'Eglise.

C'est ainsi que je me suis dégotté mon signe astrologique parmis tout ça. Puisque vous savez mon jour de naissance (malheureusement grâce à l'autre English de soeurette), vous savez du coup que je suis capricorne.

Bon anniversaire Nathalie.

samedi 16 juin 2007

S'il fait chaud, y a qu'à longer le mur de gauche, d'être dans l'ombre...C'est-y pas beau quand même ces deux vues de ce splendide petit village qu'est Ferragudo?

Imaginez: vous venez de traverser un petit pont (à pied ou en voiture, c'est selon comme vous venez d'arriver) et de l'autre coté dudit pont, on arrive à une petite place avec bars et restaurants qui vous attendent. On est à Ferragudo. Sur votre droite deux ruelles partent; l'une longe le bord de mer et l'autre, parallèle à la première est encadrée de maisons de ses deux cotés. A peine vous vous êtes engagés dans cette seconde ruelle que vous avez sur votre gauche la petite place avec au fond la maison de villégiature de Blandine. Vous laissez cette petite place pour vous engager plus en avant de cette ruelle (ma première photo).

Tout au bout de cette ruelle part sur la gauche un escalier en direction de l'église se trouvant au sommet et d'où l'on a une vue sur l'estuaire du Rio Arade et de Portimão de l'autre coté. Au loin s'envolent les nuages, si au loin qu'on ne les vois même pas!

Pub: Ferragudo est vraiment magnifique, il y a pas à dire.

J'ai le chic pour prendre des photos sans humains. On va finir par croire qu'il n'y a pas de vie autour de moi quand je me ballade. J'aurais bien voulut une petite vielle dame sur le perron de sa maison à tricoter ou juste regarder passer le manu qui l'aurait saluer à son passage. Ne boudont pas notre plaisir de déambuler encadré de maisons blanches réhaussées de couleurs. Et de faire plaisir à mes lecteurs, à ma lectrice.

vendredi 15 juin 2007

En 1290, le Roi Dinis fonde une université. Après des allées et venues entre Coimbra et lisbonne, l'université fut installée pour de bon en 1537 dans le palais royal de Coimbra. Jusqu'en 1911, elle était la seule universitée du Portugal.

De nos jours des batiments très années 50-55 entourent ce qui est la partie des batiments les plus riches historiquement parlant et les plus anciens.

Le buffet d'orgue d'une petite chapelle d'une université; rien que ça!!! Parmis les salles entourant le patio das Escolas se trouve une chapelle, la Capela de São Miguel, fondée en 1547. Elle est de style Manuélin et est l'oeuvre de Marcos Pires. Elle est décorée d'azulejos du XVII et d'un plafond peint avec les armoiries du Portugal en son centre (on les devines sur ma photo). Mais tout ça (ainsi que l'autel) est éclipsé par un buffet d'orgue de 1733 se trouvant sur le mur de droite lorsque l'on rentre dans la chapelle par la petite porte (de style néo-classique de José Carvalho en 1780) à la droite de l'entrée principale de la chapelle, un portail de style Manuélin datant quant à lui de 1521. Le buffet d'orgue est couvert d'une peinture en chinoiseries et décorée d'angelots. C'est déjà une splendeur des yeux et je n'ose imaginer le son que cela doit donner quand l'instrument de musique est mis en marche. c'est une chapelle pas très grande alors le son doit donner grave!

mardi 12 juin 2007

Non loin de la ville de Coimbra se trouve ce qui est le plus grand site Romain du Portugal. Et l'un des plus beaux de toute la péninsule Ibérique. Les ruines actuelles sont celles d'une ville Romaine qui, fondée au IIème siècle avant JC, se trouvait sur la route reliant l'ancienne Lisbonne (Olisipio) à l'ancienne Braga (Braccaria Augusta). C'est sous Auguste, vers 25 avant JC que Conimbriga devint une ville importante.

Au III ou au début IV après JC, les habitants ont pillés les batiments pour construire un mur défensif contre les invasions barbares des Suèves (envahisseurs Germaniques). En 468 après JC, la ville fut mise à sac et tous les habitants assassinés ou réduits à l'esclavage.

Le site de Conimbriga offre un ensemble architectural de ce que furent de vastes demeures importantes avec des restes magnifiques de mosaïques au sol, un acqueduc très détérioré, un temple avec son forum, des thermes à deux endroits de l'ancienne ville, l'ancienne voie Romaine et des remparts.

La maison aux Svastikas, ou du moins ce qu'il en reste.

Mon montage de deux photos est la vue de la Maison aux Svastika (un motif représentant une croix gammée), la première demeure que l'on voit dans le parcours du site. Cette maison se trouve à la gauche de la voie Romaine et ses pierres furent exploitées pour la réalisation des remparts que l'on voit sur la droite de ma photo. C'est à dire qu'elle fut sacrifiée de ses pierres et restée dehors de l'enceinte de la ville.

jeudi 7 juin 2007

C'est la place névralgique de la ville d'Evora. Là où les gens viennent boire une boisson rafraichissante lors des grandes chaleurs estivales.

Ce qui est surtout amusant sur cette place, ce sont ses arcades sur l'un de ses cotés qui sont toutes de formes et d'hauteurs différentes . On dirait que c'est du n'importe quoi comme travail; comme si le maçon ne voulait pas faire comme son voisin d'à coté. Amusant.

Praça do Giraldo au levé du jour, quand la chaleur n'est pas accablante. Il devait quand même taper puisque la photo penche sur la droite! T'étais pas des fois bourré, manu?

Une place conviviale, propice à la détente... mais qui ne le fut pas bien des années auparavant. C'est ici qu'en 1483 le roi Dom João II assista à la décapitation de son beau-frère, le duc de Bragança. C'est sur cette place qu'en 1573, des hérétiques furent brulés par ordre de l'inquisition. Bref, à l'époque il n'y avait pas de Nouvelle Star et l'on s'amusait comme on peut, avec les moyens du bord.

De nos jours au nord de la place se trouve l'église Santo Antão (XVI) et devant cette église une fontaine Renaissance (1571) en marbre d'Estermoz un chouia visible dépassant de dessus les parasols. Elle est placée sur un ancien arc de triomphe romain détruit.

...une p'tite pièce pour le guide, siouplait, m'ssieurs-dames.