Instants d'années (1)

mercredi 31 janvier 2007

Si j'avais sû, j'aurais emmené mon casque de chantier avec moi!

Je vous explique: dans l'une des villes de l'Algarve, Lagos pour ne pas la nommer, j'ai fait du tourisme nautique. Oui, le petit bonhomme que je suis, ne sachant pas nager, n'a pas peur de monter dans un bateau pour autant. Donc à bord d'une embarcation à moteur pouvant contenir 5 personnes (on était 4 en comptant le guide), je m'en suis allé longer la côte déchiquetée à l'ouest de Lagos. C'est une succession de falaises pas bien hautes (genre 30-40 mètres pour la plus haute) rongées par la mer avec des bouts de plages qui paraissent inaccessibles mais qui ont quand même deux ou trois bronzés à se dorer la pilule sur le sable. Bref, c'est joli à voir... du coté de l'eau.

Certaines falaises ressemblent à des éléphants que certains confondent avec une machoire d'un lion ou un groin. Bon, tout ça pour dire que c'est joli.

Et v'là t'y pas que notre commandant de bord décide de rentrer dans une de ces grottes creusées par l'érosion! Imaginer: l'embarcation devant l'entrée de la grotte qui parait trop ridicule pour laisser passer quelconque bateau, et qui plus est, avec des passagers à son bord dont un qui ne sais pas nager (dois-je vous le rappeller?). Imaginer: non non, il a bien l'intention de nous faire pénétrer dans ce tunnel (dont je ne vois pas encore de lumière blanche apaisante... au bout). Pour ce faire, le frangin du commandant du Titanic, attends simplement que l'eau à l'entrée de la grotte soit au plus bas pour avancer (bah oui, avec les vagues, ça descend, ça monte, ça re-descend, ça re-monte, ça re-re-descend...bref, un éternel va et vient de haut en bas).

Et là, ça passe ou ça casse quand il nous dit d'un coup: baisser vos têtes! Et sans s'en rendre compte, nous voilà dedans (et moi tout sec!).

Les femmes et les enfants d'abord! Zut, il y a que des hommes!!!

Oh, c'est joli cette eau verte, mais... est ce que cela valait une vie humaine?

Bon, blague à part, l'eau verte et limpide on se serait cru dans un lagon. Et puis cette clarté sur le rocher, c'est la lumière du jour qui descendait de dessus nos têtes par une sorte de puit.

C'est pas tout ça mais maintenant il faut risquer à nouveau sa vie pour sortir! Deux ans et demi plus tard, je suis encore sur cette terre donc je m'en suis sortie sans encombre.

lundi 22 janvier 2007

Comme toujours en me balladant dans les rues des villes que j'ai l'idée de la photo.

Ici, j'étais dans cette ville qu'est Castelo Branco à quelques encâblures de la frontière Espagnole et, dans une rue quelconque, des orangers le long de cette voie de communication routière. Il n'y a qu'à lever sa main pour prendre n'importe laquelle d'orange et la savourer. Mais voilà ce qui m'est passé par la tête: j'attendais de pouvoir traverser une rue au passage clouté et il y avait le panneau STOP pour ceux qui venaient de ma gauche et qu'il me fallait attendre de passer devant moi pour traverser en toute sécuritée. Il y a un panneau STOP? Tiens ça me donne une idée de photo et une idée en générale tant que j'y suis: le trafic des voitures, ça pollue l'atmosphère et aller savoir si les oranges sont comestibles ou alors polluées des pots d'échapements? Alors dans le doute, ce STOP peut aussi être avertisseur de ne pas manger les oranges qui pourtant paraissent bien juteuses. Ca va, on me voit bien dans ma rougitude?

Tant pis pour moi mais si vous décidez d'en manger, c'est vôtre choix!

dimanche 14 janvier 2007

A vôt'bon coeur, m'ssieurs dames. Je suis vraiment ignoble d'avoir pris en photo une personne qui fait l'aumône, qui se trouve dans un état de délabrement vestimentaire comme on en voit plus de nos jours dans nos pays dits civilisés, avec des blessures aux pieds, bras et visage à se demander comment un organisme comme la croix-rouge ne vient pas en aide, même contre le gré de cette personne. Oui, je suis vraiment de bas étage de me livrer à pareille chose. Je ferais mieux de signaler cette personne agée aux autoritées, car là, c'est non assistance à personne en danger...

Et ben vous voulez que je vous dise un truc: c'est bien fait pour lui! Non mais! C'est de sa faute s'il est dans cet état et j'ai mieux à faire que de l'aider à s'en sortir! Ce que j'entends par mieux? Bah vivre ma vie et croyez moi que j'en chie tous les jours!!!!! Il a qu'à se bouger le cul pour s'en sortir! Et s'il est pas contend, et ben c'est pareil!

Ca va, je choque personne?

Mais vous inquiétez pas, tout ça c'est du spectacle, c'est un acteur qui se la joue pauvre à l'époque du moyen-âge. Je vous ais bien eu, non? Vous avez cru que je n'avais pas de sentiments humains, que je ne me souciais pas de mon voisin? (comme l'on dit si bien) Je suis bien le contraire...

J'en ai déjà parlé de cette foire médiévale dans un autre billet. Il y avait donc un acteur avec costume et maquillage qui faisait semblant de faire la charitée. On en aurait pitié et tiens, je sais même pas si son truc marchait: si à la fin de la soirée il avait son chapeau plein d'écus (ou de florins, je sais plus trop ce qui se faisait à cette époque, dans les années 1100 1200).

vendredi 12 janvier 2007

Le 22 aout dernier, quelques instants avant que l'avion n°TP 646 ne se pose à l'aéroport de Porto, en provenance de l'île de Madeire. C'était de bon matin, quelque chose comme 8h30.

Bien avant, avant même de voir les côtes Portugaises, j'ai ressenti que la vitesse de l'avion décroissait. Ce que j'ai en premier reconnu c'est Aveiro (62km au sud de Porto) car il s'y trouve l'embouchure d'un estuaire. Et le reflet de l'eau avec le soleil levant, cela faisait miroir. De tout ce temps, l'avion est au dessus de l'eau, on sait jamais, s'il explosait !!!

Et Porto est apparut, reconnu, survolé, dépassé...puis ce fut l'atterrissage, doucement, sûrement, calmement, posément.

L'oeil expert reconnaitra sur ma photo le pont à double tablier Dom Luis Ier sur le fleuve Douro. Mais la photo est trop brumeuse pour reconnaitre autre chose, comme la cathédrale, la tour dos Clérigos, les Cais da Ribeira. Au loin, très au loin, la région de colines d'où est produit le vin de Porto (quelque chose comme 100 bornes depuis l'embouchure du Douro).Jusqu'ici tout vas bien! La photo est prise en direction de l'Est. Si bien qu'au sud du fleuve, c'est la ville de Vila Nova de Gaia (la ville où est stocké le vin de Porto si célèbre), et au nord du fleuve, c'est la ville de Porto.

Je sais pas comment c'est possible, mais les deux fois où j'ai pris un avion de ligne, j'étais aux deux fois près des réacteurs, après l'aile.

PS: le crochet noir est un défaut de la photo elle même.

dimanche 7 janvier 2007

Ca coule de source S'il y a bien un truc que j'aime prendre en photo, c'est bien l'eau. Tout est possible avec de l'eau et on arrive à des résultats fascinants. Au moins on sent que le temps reste figé quand on prends le liquide s'écoulant d'une quelconque fontaine. Il suffit que l'on mette un temps de pose très court (1/1000ème de secondes) et l'on choppe la moindre goutte. Quand on utilise un temps de pose assez long (de quelques secondes) c'est le résultat d'une eau cotonneuse que l'on a.

Dans le parc de la ville de Castelo Branco, on a donc ce bassin carré avec de l'eau qui déborde sur ses 4 cotés. Là, à nouveau, il faut chercher le point de vue original, quitte à se mettre à genoux.