Instants d'années (1)

samedi 28 juillet 2012

Sienne est l'incarnation de la ville médiévale.

Transposant sur le plan urbain leur rivalité avec Florence, ses habitants ont poursuivi à travers le temps un rêve gothique et ont su conserver à leur ville l'aspect acquis entre le XIIe et le XVe siècle. La ville entière, construite autour de la Piazza del Campo, a été conçue comme une œuvre d'art intégrée au paysage environnant.

Tout au bout, LA place!

Une fois sur LA place!

La piazza del Campo, située à la jonction des trois collines dans lequel s'inscrit la ville, est l'une des plus remarquables de toute l'Italie.

La construction du palazzo Pubblico, destiné à devenir le siège du gouvernement communal, commença au début du XIIème siècles. Sa façade légèrement incurvée et crénelée est soulignée par des trifores gothiques.

Prochaine étape le Duomo!

Le point le plus élevé de la ville est surmonté par la cathédrale de Santa Maria. Sa façade, dont la partie inférieure est l'œuvre de Giovanni Pisano, a été complétée par Giovanni di Cecco après la construction du Nuovo Duomo (la nouvelle cathédrale), ambitieux projet inspiré des cathédrales gothiques du nord des Alpes. La cathédrale conserve un pavement remarquable et une chaire sculptée par Nicolà Pisano.

Le centre historique de Sienne est inscrit à l'UNESCO depuis 1995.

vendredi 27 juillet 2012

Comment ne pas parler des tours restantes et détruites quand on fait allusion à San Gimignano?

Les familles nobles (les Ardinghelli, et les Salvucci) qui contrôlaient la ville avaient bâti quelque 72 maisons-tours (dont certaines montaient jusqu'à 50 m de hauteur), symboles de leurs richesses et de leur pouvoir. Il ne reste de nos jours que 14 de ces tours mais San Gimignano a conservé son ambiance et son apparence féodales. La ville recèle également des chefs-d'œuvre de l'art italien des XIVe et XVe siècles.

D'en haut, la vue est belle.

San Gimignano offre un témoignage exceptionnel de la civilisation du Moyen Âge : dans un espace réduit, la ville rassemble toutes les structures typiques d'un espace urbain: places et rues, maisons et palais, puits et fontaines.

N'est-ce pas?

Les tours jumelles des Ardinghelli, l'une des deux grandes familles qui a donné son importance à la ville.

Le centre historique de San Gimignano est inscrit à l'UNESCO depuis 1990.

jeudi 26 juillet 2012

La Piazza del Duomo réunit sur une vaste pelouse un ensemble monumental célèbre dans le monde entier. Il s'agit de quatre chefs-d'œuvre de l'architecture médiévale qui exercèrent une grande influence sur les arts monumentaux en Italie du XIe au XIVe siècle : la cathédrale, le baptistère (la batiment rond au premier plan de ma photo), le campanile (ou « Tour penchée ») et le cimetière.

A la tombée du soleil... comme il se dit pas!

J'ai quasiment la même vision nocturne en photo...

La Piazza del Duomo à Pise est inscrite à l'UNESCO depuis 1987.

mercredi 25 juillet 2012

Florence, bien évidemment.

Ma première ville Italienne choisie lorsque j'ai choisi une destination qui était Florence ou Venise.

Florence, symbole de la Renaissance, a joué un rôle économique et culturel prépondérant sous les Médicis aux XVe et XVIe siècles.

Le centre historique de Florence est un véritable écrin conservant de multiples chefs-d'œuvre d'art et d'architecture. Florence, encore enfermée dans sa muraille du XIVe siècle, et construite grâce aux énormes ressources économiques de la ville, connut au cours des deux siècles suivants un véritable âge d'or. Son centre spirituel est la place de la cathédrale Santa Maria del Fiore, avec le campanile de Giotto et le baptistère San Giovanni et ses portes du Paradis de Lorenzo Ghiberti. Plus au nord, on rencontre le palais Medici-Riccardi de Michelozzo et la basilique San Lorenzo de Brunelleschi, avec la sacristie dessinée par Donatello et Michel-Ange.

Plus loin les musées de San Marco renferment des chefs-d'œuvre de Fra Angelico, la Galleria dell'Accademia avec le David de Michel-Ange (1501-1504) et la place de la Santissima Annunziata avec la loggia de l'hôpital des Innocents de Brunelleschi. Le centre politico-culturel de Florence se trouve au sud de la cathédrale, avec le Palazzo Vecchio et la Galleria degli Uffizi. Non loin de là se trouve le musée du Bargello et la basilique de Santa Croce. En traversant le Ponte Vecchio, on rejoint le quartier de l'Oltrarno avec le palais Pitti et les jardins de Boboli. C'est également dans l'Oltrarno que se trouvent la basilique du Santo Spirito de Filippo Brunelleschi et l'église des carmélites, avec les fresques de Masolino, Masaccio et Filippino Lippi. L'imposant palais Strozzi et la basilique Santa Maria Novella, avec sa façade dessinée par Leon Battista Alberti, se trouvent à l'ouest de la cathédrale.

Deux monuments-phares Florentions dans la nuit.

Le centre historique peut être admiré dans sa totalité depuis les collines environnantes, notamment du Piazzale Michelangelo (juste au-dessous de la basilique romane de San Miniato), ou de Fiesole.

Surtout ne pas compter sur deux ou trois jours pour visiter; moi, une semaine de 7 jours a été almplement suffisant!

Le centre historique de Florence est inscrit à l'UNESCO depuis 1982.