Instants d'années (1)

jeudi 22 juin 2006

Au moyen age, San Gimignano comptait 70 maisons-tours. A la fin du 16ème, seulement 25. De nos jours, ce sont 13 tours qui subsistent. Des tours plus ou moins hautes mais quand on vient de la route, on voit bien le village se découper de l'horizon.

Je ne sais pas s'il faut remercier le gouvernement Italien ou la région de Toscane, mais le boulot qui a été fait au village mérite un grand coup de chapeau: les restaurations des rues, des façades, des fresques des palais intra-muros, c'est splendide! Le village est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO et il le mérite bien.

Il est possible de monter à la plus haute des tours, la torre grossa, haute de 54m, d'où la vue sur la rue principale du village ainsi que toutes les autres, des tours avoisinantes et surtout du paysage toscan (on est en plein chianti), tout ça vaut bien le billet d'entrée (5€ combiné avec le palazzo comunale et la pinacoteca).

Perso: c'est là que je me suis acheté des pâtes pour les ramener en france.

lundi 19 juin 2006

Depuis Sienne, prenant mon temps, au dernier jour de mes vacances, en rentrant sur la France, j'ai remonté cette Toscane en 6h. Presque sur la fin de mon périple, je suis arrivé par le dessus de la ville de Carrare, par les montagnes.

Au début de la semaine j'étais arrivé par l'A12, l'autoroute qui longe la côte méditerranéenne pour aller jusqu'à Pise, mon arrêt. Quand on est au niveau de Carrare, on voit ces montagnes sur notre gauche, toutes blanches de ce qui n'est pas des neiges éternelles!!! Et il y en a sur des dizaines de kilomètres.

Au retour j'étais donc arrivé par le dessus, en direction de la méditerranée.

L'exploitation du marbre de Carrare (marmo en Italien) est simplement le site industriel dont l'activitée ne s'est pas arrêté depuis l'antiquité, depuis plus de 2000 ans. Et en Italie (Toscanienne, celle que je connais), les monuments en marbre (comme les façades des Duomos) comme les statues, ça se compte en des milliers d'exemplaires.

mercredi 14 juin 2006

Dans la très courte liste d'endroits où je suis allé et qui fut un lieu de tournage d'un film, je vous présente ce palais qui se trouve dans la ville Toscane de Lucques.

L'intérieur du palais n'est pas très luxueux; j'ai vu mieux. Ce qui est remarquable c'est le parc et la vue que l'on a sur l'arrière du palais... surtout le parc fleurie.

L'entrée est de 4€.

Comment? Vous ne savez pas le film qui s'est tourné dans ces murs (ou le parc, j'men souviens plus)??Ok, pour votre culture générale je vais vous le dire: Portrait of a lady de Jane Campion.

mercredi 7 juin 2006

Florence est une ville que j'ai visité en 5 jours. A part une capitale (comme Paris ou Londres), il est rare de voir d'autres villes où il faut bien une semaine pour la connaitre et tout voir. Franchement, il n'y a qu'en Italie où l'on trouve de si grandes et si belles villes de cette ampleur. J'imagine que Rome et Venise ne se visitent pas en un jour (mais ce sera pour quelques années car ni l'une ni l'autre ne suis allé).

Donc en 2003, alors que je n'ais jamais mis les pieds en Italie (et ne sachant pas parler la langue), je vais directement à Firenze, en Toscane. Tout ça à cause d'un film! Non mais j'vous jure!!!!!

Depuis la Piazzale Michelangiolo, on a une vue sur la ville des plus magnifiques.

 

     le ponte vecchio          le palazzio vecchio                 San Lorenzo                         santa croce

                                                                            le campanile et le duomo                    

 

                                                l'Arno coule aussi à Florence.

                                  

 

 

vendredi 2 juin 2006

Bon, je ne suis pas d'une humeur macabre, mais des fois, j'aime bien me balader dans des cimetières quand ça vaut le coup de les arpenter de long en large. Celui qui a fait Le père Lachaise à Paris sait de quoi je parle.

Les cimetières avec que des croix ou des pierres tombales classiques, je passe mon chemin. Quand il y a de l'originalitée dans la présentation, je m'arrête.

Dans le cas présent, dans cette sublime ville qu'est Firenze (en Italien dans la prononciation en roulant le r), j'étais allé du coté de San Miniato Al Monte d'où l'on a un autre surplomb sur la ville que celui de la Piazzale Michelangelo, j'étais du coté du cimetière d'un classisime sans excès et je me disais que LE cliché à faire était là, devant moi, dans le viseur de mon appareil.

Clic.

Je vous protège