Instants d'années (1)

jeudi 7 mai 2009

Ciel orageux de toute beauté en fin de journée

Je fais une parenthèse dans ma suite de fresques pour montrer une photo prise ce jeudi soir vers les 20h44. Alors profitez bien du moment car ce que je fais là, c'est exceptionnel.

Toute la journée de ce jeudi il a fait super beau et super chaud (j'ai vu affiché un 33° sur un panneau lumineux en ville). Sûrement que partout en France ce fut le cas. Parait-il quand même qu'il devait pleuvoir dans la journée sur ma Bourgogne Maconnaise. Bien entendu ce ne fut pas le cas. Par contre au soir, ça s'est gaté dans la mesure où le ciel fut menaçant et même plus que menaçant.

En fait, le plus spectaculaire, ce fut les nuages de toute beauté. Alors j'ai donc fait un truc que je ne fais que trop rarement: prendre des photos juste pour montrer comment c'était, en vue de les mettre sur mon blog.

Quand la nature se déchaine, profitons du spectacle...

Bon sur ce, je retourne à mes fresques car j'en ai pas fini...

Le cycle de fresques de la chapelle Brancacci se compose de deux suites de 7 fresques sur deux niveaux.

Les deux panneaux du billet d'hier sur Adam et Eve chassés du Paradis se trouvent sur le plan supérieur aux deux extrémités. Les 12 autres panneaux sont consacrés à la vie de St Pierre.

Felice Brancacci (négociant en soie) commanda à Masolino da Panicale en 1424 cette suite de fresque. Masaccio, alors agé de 23 ans, participa dès le début à l'exécution de l'oeuvre, l'élève dépassant le maitre. En 1427, tout s'arrête brusquement, sans que l'on sache le pourquoi du comment. Filipino Lippi terminera l'ensemble en 1481.

La lecture des panneaux se fait de gauche à droite et de la suite supérieure à celle inférieure.

Paiement du tribut

C'est ainsi qu'à la droite du premier panneau représentant Adam et Eve selon Masaccio, se trouve Le paiement au tribut autre fresque de Masaccio.

L'action est empruntée à Saint Matthieu: à la porte de Capharnaüm , le collecteur d'impôts (de dos) réclame le paiement de l'octroi à Jésus qui désigne à Pierre les eaux où il trouvera le poisson dont la bouche renferme une pièce d'argent (scène centrale). A la gauche de cette première scène, Pierre retire la pièce du gosier du poisson; à la droite, il paie le tribut au publicain (on ne voit pas cette dernière scène sur ma carte postale). L'ampleur du paysage et l'utilisation dramatique de la lumière font de cette scène l'une des plus remarquables. De plus le peintre s'est appliqué à aligner les têtes des différents protagonistes afin de souligner l'harmonie d'ensemble.