Instants d'années (1)

samedi 31 mai 2008

A une petite quinzaine de kilomètres au Nord d'Autun (Saone et Loire) se trouve le Chateau de Sully.

Par une belle fin de tantot dans le parc d'un chateau.

Madame de Sévigné disait que c'était le "Fontainebleau de la Bourgogne". Ayant acquis la terre de Sully en 1515, Jean de Saulx commença d'y édifier le chateau... qui sera achevé par son petit fils, Jehan de Tavanes. Pour parfaire la petite histoire c'est en ses murs que nacquit le maréchal Mac-Mahon, duc de Magenta qui deviendra président de la république de 1873 à 1879. Ses descendants possèdent toujours le domaine...

vendredi 30 mai 2008

C'est pas qu'il y a toujours foule, mais faut avoir un peu de chance pour avoir un cliché du palacio de Buçaco sans personne dessus. J'ai eu cette chance... ou alors j'ai simplement attendu que ce soit comme je le voulais.

Le palais de Buçaco et ses fleurs colorées.

Le palais de Buçaco, quand même, faut aimer le Portugal pour en faire un palais regroupant les différents élements architecturaux des batiments les plus célèbres du pays (comme Batalha ou le monastère des Jéronimos). C'est ainsi qu'en conjugant un palais aux formes extravagantes (devenu hotel de luxe), des alentours immédiats hydiliques et tout ça dans un cadre agréable pour y passer des heures fraiches, à l'ombre d'une végétation des plus luxuriantes, alors que le soleil aurait tendance à nous écraser de ses rayons ardents (ouahou, c'est beau comme tu causes bien la France, Manu)... bref, tout ça fait qu'on y est bien...

jeudi 29 mai 2008

Le campanile du Duomo de la ville de Vérone dépassant des toits alentours. Au premier plan, l'adige coulant paisiblement.

Je suis le plus haut de vous autres, toitures!

J'aime beaucoup ces couleurs chaudes des murs extérieurs. Sinon, ça se voit que la Vénétie n'est pas la Toscane... en raison de ces avancées de toitures qui, à la rigueur, pourraient être comme en France. Par contre la faible pente de ces mêmes toitures nous fait bien dire que l'on est dans une contrée où il ne pleut guère, du moins où il neige peu...

Si je critique encore un peu cette photo, je pourrais aussi parler du haut mur en bordure de fleuve. Est-ce signe que l'Adige est sujet à des crues???

mercredi 28 mai 2008

Il pleut, il pleut... c'est la fête à la grenouille??? En tout cas c'est pas la mienne puisqu'il a plut tout le jour d'hier (mardi 27 mai) alors qu'exceptionnellement, j'étais à Paris pour quelques heures pour me la jouer touriste (mais surtout guide de certaines personnes qui ne connaissent pas la capitale). Jeux de miroirs.

Bon, la pluie mise à part, c'est quand même trop bien de venir à Paname alors que deux jours plus tôt on ne pensait même pas y aller, c'était pas dans la discution. Moi, les jours prochains (c'est à dire avant les grandes vacances) qui vont me faire partir à droite à gauche, il n'y avait pas la journée d'hier. Et comme j'ai l'habitude d'aller à Paris une fois l'an, que ce soit pour quelques heures ou quelques jours, cette année 2008, c'est déjà dans la poche.

mardi 27 mai 2008

Photo prise dans le Lake District, une des plus jolies regions de l'Angleterre. Ce lac est le Coniston Lake. Un peu moins touristique que certains lacs de la region mais tout aussi magnifique. Pour un peu on se croirait chez Nessie...

lundi 26 mai 2008

El Puerto de Santa Maria se trouve dans la baie de Cadix.

Dans son centre-ville se trouve le chateau de San Marcos. Il date du XIII et, au départ, c'était un chateau-église construit sur l'emplacement de la grande mosquée. Par la suite il fut agrandi et transformé aux XIV et XV siècles.

El Castelo del centro ciudad.

Le chateau de San Marcos est entré dans l'Histoire avec un grand H: son hôte le plus connu est Christophe Colomb. Il y est resté tout le temps nécessaire jusqu´au financement de son voyage aux Indes. C'est d'ailleurs depuis El Puerto de Santa Maria qu'il partit vers les Indes (Amériques!!!) de part deux fois. Juan de la Cosa, propriétaire du navire de Christophe Colomb y est resté lui aussi. Ils ont réalisé la première carte du monde en l´an 1500, incluant de ce fait pour la toute première fois, l´Amérique.

dimanche 25 mai 2008

Terre versus eau On y arrive enfin aux faubourgs de Funchal.

Au premier plan le Cabo Girão, un super promontoire au dessus des flots, quelque chose comme 580 mètres. Le bout de terre qui s'avance dans la mer, quelques dizaines de minutes plus tard en voiture j'étais à son à-pic (souvenirs d'un autre billet).

Beau temps, bel endroit impressionnant, souvenirs mémorables.

samedi 24 mai 2008

Il y en a qui se la coule douce quand même.

Un pont de pierre comme ciel.

J'imagine ce couple remonter le Gard sur plusieurs dizaines de kilomètres juste pour passer sous ce pont romain si célèbre. 1 heure de pagaie pour 10 secondes de passage.

Mais bien sûr que je ne suis pas sérieux dans mes propos; je comprends qu'il n'y a pas de perte de temps à remonter le Gard pour 10 secondes où tous les yeux se portent sur vous, où un zig comme moi vous immortalise sur rouleaux de pellicule (et oui, en juin d'il y a 2 ans je marchais encore par rouleaux de pellicule... depuis je me suis modernisé).

Qui que vous soyez sur votre canoé, merci de votre contribution lors de ma venue (même si vous n'avez pas fait exprès).

vendredi 23 mai 2008

Mais non, faut pas s'inquiéter: je n'arrête pas ce blog. L'adieu en titre n'est pas annonciateur d'un arrêt de ces billets qui se suivent et qui (j'espère) ne se ressemblent pas. Même si j'entends dire à ma droite ainsi qu'à ma gauche que je perds mon temps et que ça ne m'apporte rien, et ben moi ça me plait de raconter ces petites choses vécues et d'appporter ma graine à mes dires avec l'une de mes photos.

J'y suis et je reste.

Un soleil qui se couche sur un séjour mémorable.

L'adieu en question se porte sur la photo du jour puisque c'est un coucher de soleil sur la lac de Garde et pas n'importe lequel, de coucher de soleil: le dernier vue puisqu'au lendemain je m'en retournais en France (et accessoirement parlant le jour d'après direction le Portugal...puis l'Espagne). Donc au dernier soir sur le sol Italien je m'en suis allé en bord du lac et attendre (sous entendu: prolonger la soirée avant d'aller se coucher).

Je ne sais plus trop le nom du village mais il y a 10 chances sur 10 que ce soit à Lazise.

jeudi 22 mai 2008

Je vous invite à me suivre ce soir sur la 3.Pourquoi faire plus compliqué? Il se trouve que cette entrée de la ville de Pérouges, petite merveille médiévale parvenu jusqu'à nous, se nomme la porte d'en-haut. Et oui, y'a pas à dire, vous êtes trop fort: il y a une autre porte: la porte d'en-bas se trouvant à l'opposé.

Cette porte d'en-haut de ma photo était l'entrée principale de Pérouges, mais aussi la plus exposé du fait de sa faible pente. Les défense étaient assurées par l'église-forteresse que l'on ne voit pas mais qui est sur la gauche de la photo.

Après le franchissement de cette porte, c'est que du bonheur pour qui veut voyager dans le temps, se retrouver 600 ans plus tôts.

Il se trouve que France 3 diffuse ce soir un téléfilm qui a été tourné dans le village: Charlotte Corday. Quand j'y étais allé en juillet 2007, il y avait des panneaux invitant la population à ne pas trop se manifester du fait d'un tournage qui allait avoir lieu. sauf que d'après les dates, ça venait de se tourner quelques semaines plus tôt! J'avais repréré le nom du tournage sans savoir si c'était un film et qui en étaient les interprètes. C'est chose faite.

Alors tous à vos postes ce soir sur la 3.

mercredi 21 mai 2008

La chapelle où se trouve le Saint Suaire de Turin.

Turin c'est aussi son Saint Suaire, un tissu qui a (ou aurait selon certains) enveloppé Jésus dans sa mise au tombeau.

Le Saint Suaire se trouve dans le Duomo de Turin, dans une chapelle se trouvant au fond de la nef, sur la gauche: la Capella della Santissima Sindone.

C'est un drap de 4,37 x 1,11 m qui conserve l'empreinte du corps et du visage d'un homme supplicié dans les mêmes conditions que le Christ. Alors est-ce lui ou non? De toute façon face à cette chapelle, on reste en interrogation devant l'histoire de ce tissu de lin...

mardi 20 mai 2008

Prise a Budapest. Passage trouve sur le net qui raconte l'histoire derriere cette photo.

Hommage aux victimes tuées sur le bord du Danube par les Croix Fléchées. Oeuvre de Gyula Pauer.

En 1944-1945, le parti politique hongrois fasciste et antisémite des Croix Fléchées gouverne la Hongrie. Régulièrement, des rafles sont organisées dans le ghetto. Hommes, femmes et enfants sont conduits sur les rives du Danube. En plein hiver, dépouillés de leurs vêtements et de leurs chaussures par une température de -20°, ils sont placés en rang face à l'eau. Les Croix Fléchées leur tirent dessus, un à un. Les quelques-uns qui survivent aux balles doivent nager dans l'eau glacée du Danube pour essayer d'atteindre la rive. Pour les autres, seuls leurs chaussures restées sur le quai peuvent témoigner du drame. En 2005,Gyula Pauer dispose soixante paires de chaussures sur le bord du Danube."

Souvenirs à ne pas oublier...

lundi 19 mai 2008

La tour de l'Horloge est en fait le beffroi de la ville de Dinan. Il date de 1498 et son horloge a été acheté par la ville à cette date.

Au premier plan se trouve une très belle restauration d'une maison à porche du XVII. Cette maison se nomme la Maison du Gisant car en son intérieur se trouve exposé un gisant du XIV.

Sauf que je n'ai pas vu le gisant en question comme il ne me fut pas possible de monter les 158 marches pour atteindre le sommet du beffroi et d'admirer le panorama de là haut. Y être aller fin mars, c'est quand même être aller en morte saison.

Dinan reste pourtant un bon souvenir (grâce à mes photos qui me le rapellent)...A Dinan il y a à faire dinan...

dimanche 18 mai 2008

Que d'eau, que d'eau... et moi qui ne sais pas nager!

Il est évident qu'à faire le tour de l'île de Madeire par la route, on a toujours l'océan sur sa droite. Souvent l'on est aussi en hauteur avec ces falaises couronnées par les routes où l'on est.

Alors il suffit de regarder au loin et de se dire qu'il n'y a plus rien après l'horizon que de l'eau... Plein sud on a plus rien comme terres à part l'Antartique. Du coup ça refroidit l'atmosphère...

Prochainement: arrivé du coté de funchal...

samedi 17 mai 2008

S'échapper vers de hauts cieux...Après avoir présenté la saline royale dans un billet précédent et la fatigue aidant, laisser moi vous compter fleurette avec ce trio bleu au ras des pâquerettes. Pâquerettes, pâquerettes, chuis pas trop sûr de mon coup car, même si je ne sais pas le nom de celles-ci, j'en doute fort que c'en soit, des pâquerettes.

De vraies constellations sur une étendue vert estival...

vendredi 16 mai 2008

Si c'est pas du vaudou moderne, j'me les coupes!

Non non, je ne peux pas croire que ce range-couteaux de cuisine soit sortie de la tête d'un homme.

Cela ne peut être l'oeuvre que d'une femme! Oeuvre, je sais pas si c'est le bon mot mais bon, faut bien avouer que c'est original.

Messieurs, essayez de ne pas embêter vos épouses, surtout si elles travaillent dans un domaine artistique dans le but de simplifier la vue des ménages.

Mesdames, voyont, ce n'est pas à mal s'ils laissent trainer leurs chaussettes ou ne débarassent pas la table. Faut quand même pas aller avec des envies de meurtres...

jeudi 15 mai 2008

Aller, restons encore un peu sur Lisbonne avec une tranche de vie...

Une petite photo de l'endroit d'où je viens de me repaitre allègrement... L'une des tables aux nappes bleues a eu l'insigne privilège d'avoir eu un hôte illustre et non moins célèbre (sur son palier d'étage): Manu! Je devine ce que j'ai diner, même 5 ans plus tard: riz, frites, un peu de salade et un morceau de viande. A part de diner dans un resto chicos d'un repas gastronomique de la région où l'on est, on a droit aux frites-riz et c'est d'un chiant car c'est comme ça du nord au sud du pays.

Amusant (???) de diner alors que du monde passe devant ou derrière vous. Ca fait très populaire comme ambiance. Les tables au milieu de la montée d'escalier avec la vue en plongée sur le Rossio et surtout avec le chateau de São Jorge comme ligne d'horizon. Cela reste un bon souvenir...

mercredi 14 mai 2008

Un moyen de locomotion original pour aller au musée...

De nouveau une photo du fameux et (j'éspère célèbre) tramway n°28, celui que tout touriste se doit de prendre quand il s'en va sur les rues pavées de Lisbonne.

La photo est prise sur les hauteurs du quartier populaire d'Alfama.

Le batiment juste derrière le tramway est le musée des arts décoratifs. Le musée se trouve dans l'ancien palais des comtes Azurara (XVII) et est riche de collections léguées par Ricardo Espirito Santo Da Silva à Lisbonne. Le musée constitue une image de la vie quotidienne de Lisbonne aux XVII et XVIII à travers une succession de salles décorées d'azulejos et de fresques.

On y trouve du mobilier indo-portugais, de l'argenterie, des tapisseries, de la porcelaine chinoise, etc...

De la petite place devant ce musée, l'on a une vue sur São Vicente de Fora et des toits de l'Alfama qui valent à eux seuls le détour. De toute façon, là où passe ce tramway, ça vaut son pesant de cacahuètes...

mardi 13 mai 2008

Prise quand je suis allee a Florence via Bologne. Ce sont les Alpes bien sur! De haut, la vue est superbe! La neige pour horizon...

lundi 12 mai 2008

Moi aussi j'veux y retourner-euhhhhh... Alors je me promenais tranquillement dans les rues rectilignes de Cadix à regarder les devantures des différents magasins.

Et il y avait une agence de voyage comme on en rencontre partout dans les plus ou moins grandes villes. Et aller savoir pourquoi mais un truc m'est passé par la tête: quelles sont les destinations de rêves de ces personnes qui vivent déjà dans ce qui est une destination de rêve pour d'autres personnes??? Où vont les gens de Cadix quand Cadix est déjà une ville de rêve? En allant pas chercher bien loin, il y a déjà moi, un Portugais vivant en France qui a un jour décidé d'aller dans un pays dont il ne controle absolument pas du tout la langue... en Andalousie... à Cadix.

=> j'vous le donne en mille: l'Italie! Vous voyez, il y a pas que moi qui suis un mordu de ce pays.

Des 4 petites photos de ce panneau, la troisième, je la connais de l'avoir montée avec ma voiture. Une route non carossable et je m'en suis vu des vertes et des pas mûres pour rouler dessus (pas mal de galets et de gros cailloux).

dimanche 11 mai 2008

Avec les derniers déboires survenus à mon ordi, la dernière fois qu'un dimanche je parlais de l'île de Madeire, cette dernière fois remonte au 13 avril dernier.

Alors pour ceux qui viennent d'atterrire, chaque dimanche je montre une photo d'un des villages (côtiers) depuis São Vicente (mon point de départ) jusqu'à São Vicente (mon point final).

Aujourd'hui je fais escale à Ponta do Sol qui veut dire "pointe du soleil". Le bourg fut fondé en 1425 (rappel: Madeire fut découverte en 1419; Funchal qui en est la capitale administrative fut aussi fondée en 1425). Pointe du soleil car le bourg est celui de toute l'île qui a le plus d'ensoleillement durant l'année et qui bénéficie de ce fait des températures les plus douces.

L'église de la paroisse date des XVI.La mer pour horizon lointain.

samedi 10 mai 2008

La Giralda depuis le patio des oranges.

La Giralda est ce à quoi l'on pense quand on parle de Séville. Ok, selon les autres personnes, ce pourrait être la tauromachie, le flamenco ou les castagnettes... Moi, c'est la Giralda de la même manière que Cordoue a sa mosquée-cathédrale ou Grenade l'Alhambra (zut, je viens de déflorer mes destinations Andalouses de aout prochain).

La Giralda est le minaret de l'ancienne Mosquée du temps ou l'Andalousie était aux mains des Maures. Les travaux débutés en 1171 se sont terminés en 1198. Elle mesurait 82 mètres de haut. En 1248 les musulmans sont contraints de rendre Séville aux catholiques. Ces derniers détruisent la mosquée mais gardent le minaret tel quel, à savoir couronné de 4 globes de cuivre superposés et qui devaient réfléchir le soleil pour être vue de partout. En 1355 un tremblement de terre fait s'effondrer 3 des 4 globes.

En 1558 des travaux de couronnement du minaret commencent. En 1568 la Giralda fait 103 mètres de haut et elle est ce que nous voyont de nos jours.

La montée vers les cimes se fait doucement au gré des 35 rampes en pente douce. Il parait que le muezzin était une vieille personne et il lui fallait monter à cheval là haut. Donc pas de marches, ni pour lui et son cheval, ni pour nous, 800 ans plus tard...

C'est mieux en vraie qu'en photo, croyez moi...

La photo de Séville d'en haut est en direction de l'Est, Nord-Est. Juste au premier plan l'Alcazar entouré de ses murailles. La verdure juste derrière l'Alcazar, est ses jardins. Les deux tours qui dépassent appartiennent à la Plaza de España et face à cette place, cet autre amas de verdure est la parque de Maria Luisa. En revenant vers la cathédrale, le batiment carré avec une sorte de cloitre en son milieu, sur la droite de ma photo, est des Archives générales des Indias (1584-1598). Au loin on devine le fleuve traversant Séville le Guadalquivir...

vendredi 9 mai 2008

Un tapis rouge pour la Mole.La Mole Antonelliana, oeuvre d'Alessandro Antonelli (1798-1888) qui au départ devait acceuillir une synagogue, est devenue le symbole de Turin comme la tour Effeil celui de Paris: deux oeuvres sans fonctions apparentes.

Commencée en 1863, elle ne fut achevée qu'en 1897. Il faut dire que de 1869 à 1873, le chantier fut suspendu, faute de moyens financiers.

De nos jours la construction initiale d'Antonelli n'est plus, puisque ce n'est plus une synagogue, mais depuis 1987 ses 3200m2 sont dédiés à un musée du cinéma. Et qui plus est avec une flèche portant le batiment à 167m d'hauteur.

De là haut on a une vue à 360° incroyable. Et quand le temps est de la partie, j'vous dis pas le panorama que l'on a avec les Alpes en toile de fond. La photo ci bas est un zoom sur le centre-ville historique de Turin.

A l'Ouest tout est nouveau.

Bon, j'vais me la jouer guide de ce que l'on y voit. De gauche à droite: les 4 tours sombres sont de l'arrière du Palazzo Madame (vestiges du chateau médévial) alors que la façade (non visible) est de construction plus récente (1718 à 1721); la chiesa di San Lorenzo (au centre de la photo avec son dôme jaune) dont les travaux ont débutés en 1634; la façade blanche du Palazzo Reale (maison de Savoie de 1646 à 1865); juste derrière le palais royal on voit la cathédrale (achevé en 1498) avec son campanile, son dôme blanc et son second dôme au dessus de la Capella della Sacra Sindone (la chapelle où se trouve le Saint Suaire).

...et derrière tout ça, les Alpes.

jeudi 8 mai 2008

Elvas se trouve à quelques kilomètres de la frontière commune avec l'Espagne. Elvas fut occupé par les Maures jusqu'en 1226 et a maintes fois résisté à l'envahisseur Espagnol mais en 1580, les troupes de Philippe II ont investis ses murs.

En 2004 un autre envahisseur, plus terrible, plus puissant, plus tout-ce-que-vous-voulez que tout Maures et Espagnols réunis ensemble l'a envahi à son tour: Manu! Alors voyant que cet énergumène allait venir, les autoritées locales ont décidées bien malgré elles de creuser des tunels en plein centre-ville pour réfugier ses habitants. Mais le Manu que je suis est venu bien trop tôt et du coup, les travailleurs ont laissés les tracto-pelles tels quel et une ville sans habitants pour moi tout seul. Vous voulez une preuve? La voilà:

Ohé, il y a quelqu'un?

Qu'est ce que ça peut être rageant d'arriver dans une ville avec son centre-ville en travaux! La Praça de la Républica devait être une belle place face à la cathédrale de la ville au nord (XVI de style Manuélin) et de l'ancien hotel de ville (au sud). Depuis 2004 je n'y suis plus retourné mais j'imagine qu'elle a retrouvée sa physionomie d'antant, à savoir une mosaïque de pavés de basalte, de marbre et de grés géométriquement ordonnés. Que depuis le temps les travaux sont finis.

Ma seconde photo est prise depuis le sommet de l'église se trouvant derrière la cathédrale l'église Nossa Senhora da Consolação. Je reconnais que la vue immédiate de là haut n'est pas des plus belles avec ces antennes de télés et autres systèmes de ventilations mais bon, c'est pas moi qui décide. Il se trouve qu'à monter là haut, le plus interressant n'est pas cette vue en direction du Sud, mais celle en direction de l'Est, celle vers le Largo de Santa Clara. J'aurais l'occasion d'en reparler quand je mettrais cette autre photo. Pour l'instant il faut se contenter de l'arrière de la façade de la cathédrale.Des fois, certaines photos n'apportent pas grand chose...

mercredi 7 mai 2008

L'hotel de ville et le beffroi d'Arras.L'hotel de ville et le Béffroi de la ville d'Arras, dans le Pas-de-Calais.

Il se trouve que l'ensemble architectural ne date de pas si longtemps puisqu'il fut reconstruit après la première guerre mondiale. Moi qui ait vu des photos du massacre des bombes contre le batiment, déjà je trouve que c'est un exemple de la bétise humaine que de détruire ce que d'autres ont mis de temps pour construire. Alors oui, la reconstruction ne laisse pas paraitre que ça ne date que d'un siècle. Reconstruction dans le style gothique et Renaissance.

Façades de style Flamand des deux places. De ses 75 mètres d'hauteur que l'on accède par ascenceur, on a une vue sur les deux places que sont la Grande place (arrière plan) et la Place des héros (juste au premier plan).

Ces deux places étaient destinées au marchés de la ville, marchés qui lui ont donnée sa renommée.

mardi 6 mai 2008

Cette photo a ete prise quand une de mes soeurs et Manu etaient venus a Londres il y a quelques annees.St Paul et son dôme. C'est bien sur St Paul Cathedral. La vue d'en haut, on dirait une maquette.

Des fourmis dans un jeu de légo.

lundi 5 mai 2008

La Piazza delle Erbe est la place la plus pitoresque de la ville des amoureux maudits. On y trouve tous les matins un marché et elle est entourée de maisons anciennes.

Sur l'un de ses cotés on a la tour du Gardello datant de 1370. Parmis tous les monuments de la place que sont statues et autres fontaines, l'on trouve une colonne de Saint Marc, réplique du XIX de celle datant de 1797 détruit par les Véronais contre les troupes Napoléoniennes. Pour info, Vérone n'est seulement qu'à 120km de Venise. La torre delle Gardello. Après avoir usé de ses jambes on a la vue sur la ville et j'ai choisi celle en vue du Nord.

Ce qui est visible ce sont la blancheur du Duomo (à gauche) et Santa Anastasia (à droite).

Revenir vers le Duomo et juste en arrière plan de la façade on devine un dôme appartenant à San Giorgio in Badia (érigé entre 1477 et 1536). San Giorgio est de l'autre coté de l'Adige, le fleuve traversant la ville...Une larme de Vérone...

Ca faisait longtemps que je n'avais pas fait une semaine à thème. Jusqu'à samedi prochain je mettrais en ligne un billet avec deux photos: la première sera depuis le bas (pour montrer où l'on monte) et une seconde photo avec sa vue depuis le sommet.

J'en ai déjà mis pas mal ici au long des mois sans en avoir fait un thème précis. Bon si vous avez pas compris vous verrez dès le billet de Vérone...

dimanche 4 mai 2008

Dès que t'es en haut, tu chutes!

Déjà je ne pensais jamais aller du coté de chez Eurodisney vers Paris, et v'là t'y pas que j'y suis retourné à la fin du mois d'avril dernier (dans ces quelques jours où je n'avait pas internet).

A ce qu'il parait à la fin du mois de may en cours le tarif d'entré passe de 20€ à plus de 60€ par personnes. Bon, ça calme comme tarif et faudra m'inviter pour que j'y retourne car je sais pas si je débourserais autant.

Personne n'est sans savoir qu'il y a une nouvelle attraction, le Hollywood Tower hotel. En gros c'est un ascenceur qui monte pour tomber, nous faisant décoler de notre siège (à la descente) alors que l'on est attaché par une ceinture de sécuritée!!! Ce qui calme et qui peut en découragé plus d'un ce sont les 1h30 d'attente dans la file avant de rentré dans l'hotel (impressionante reconstitution années 30). 1h30 d'attente alors que le meilleur ne dure que 2 minutes (montre en main)!!!!! Ca décoiffe et faut vraiment être patient!

samedi 3 mai 2008

Le joli moi de May

Avec mes derniers problèmes d'ordi j'ai pas put mettre la page de ce superbe calendrier fait des mains de maitre(sse) de la Rosa, la petite intérimaire qui a pris le relais pendant que le Manu se faisait bien chier (c'est vraie, quoi!).

Imaginez: vous avez passé toute votre vie en France; vous vous en allez dans un pays dont la langue n'est pas le français pour y faire votre vie; vous y restez plusieures années et n'entendez le Français qu'occasionellement mais surtout votre langue d'adoption qui est celle de votre quotidient. Un jour vous vous entrendrez dire mais comment qu'on dit déjà en Français? Ou alors vous vous rendrez compte que vous réfléchissez plus vite avec cette autre langue que celle de votre naissance.

C'est ainsi qu'une récente intérimaire (dont je taierais le nom par décence humanitaire, pour respect pour le genre humain) a écrit May au lieu de Mai. Oui oui, je sais, j'en vois qui me dise que je suis bien vache avec la soeurette surtout qu'elle m'a bien dépanné récemment; que la langue anglaise est la langue d'internet et que du coup tout le monde comprend. E t vous savez quoi?=> vous avez raison et moi l'occasion de me taire.

Le mois de may est celui pour moi des réservations d'hotels d'aout prochain... Trop bien.

vendredi 2 mai 2008

La Cartuja en couverture du petit bouquin que je me suis acheté à Jerez de la Frontera pour parler de Jerez de la Frontera, justement. Lorsqu'il m'est possible de me le procurer, j'essaye de toujours l'avoir. Même si j'ai déjà en long et en large de tout ce qui s'y dit de part mes différents guides, j'aime bien avoir ce petit plus. Il y a un mois j'étais à Turin et je ne suis pas arrivé à en trouver un alors que j'ai bien cherché! Tant pis.

Cela donne aussi l'occasion de se désaltérer d'une eau très très fraiche, contrastant avec la chaleur ambiante.

Vivement que je retourne en Andalousie... pas vous?Et glou et glou et glou, il est des notres, il a but son verre comme les autres.

jeudi 1 mai 2008

Ces quelques fleurs pour toutes celles et ceux qui ont eues au moins une pensée pour moi ces derniers jours. Je vous dis pas comme ces 17 jours m'ont parus si longs. Je ne suis pas au bout de mes problèmes puisque c'est maintenant mon imprimante qui ne veut pas donner signe de vie en se retrouvant connectée à l'ordi et du coup je me vois limité dans mes photos puisque je ne peux les scanner!

Donc je suis de retour et un grand merci à Rosa qui a donné un semblant de vie. Mais bon, trois photos d'elle en ces 17 jours, elle se rends dorénavant compte du boulot que c'est de tenir ça continuellement à jour. Un plaisir pour moi.

Donc la photo de ces fleurs sont du marché des samedis matins à Turin. C'est bien d'arpenter les allées de fleurs, de fromage, de fruits et légumes, des couverts de cuisine, etc... Cela donne un aperçut de la (vraie) population d'une ville, être loin de tout ce qui est touristes en shorts (même si fin mars, le short, c'est un peu tôt pour le mettre).

Merci encore à tout le monde.Quand on marchait de bon matin, à bicicletteu (???)